Fraîcheur et couleurs : Betina Lou et La Raffinerie

MONTREAL, 24 MARS, 2012 – Avec l’arrivée du printemps, on a soif de fraîcheur, de couleurs et de légèreté. Et qui dit printemps, dit souvent nouvelle garde-robe… et ce, au plaisir de plusieurs! Pour ainsi combler ce désir, avait lieu récemment le lancement conjoint des collections Betina Lou et La Raffinerie. Dans le décor tout à fait approprié de la boutique Unicorn, une des boutiques de modes (québécoises) les plus branchés à Montréal, les deux designers, tout sourire, accueillaient les invités, y allant de leurs conseils modes ou proposant des rafraîchissements. Une soirée tout à fait sans prétention où on discutait, riait et essayait les tendances montréalaises de l’heure, avec une fébrilité toute printanière.

 

Ainsi Marie-Ève Emond, créatrice derrière Betina Lou, nous dévoilait une collection en toute simplicité aux couleurs nautiques. Agrémenter de boucles ou de jolis nœuds, chaque pièce reflète son image sage et rétro, et démontre l’attention particulière portée aux détails. Dans des couleurs de rouge, marine et crème, la designer décline une vingtaine de pièces allant des jupes circulaires aux chemisiers légers ou aux robes au style ingénu en passant par un short rouge ultra-court, qui semble déjà faire le bonheur de plusieurs stylistes.

 

Pour Marie-Ève Emond, son style rétro vient d’avantage de son intérêt pour la qualité et l’intemporalité des pièces vintages qu’on retrouve sur le marché. Elle souhaite confectionner à son tour des pièces de qualité qui ne passent pas de mode, et qui seront toujours élégantes et d’actualité. Et jusqu’à maintenant ce je-ne-sais-quoi nous rappelle agréablement une Audrey Hepburn contemporaine… Un mix plutôt réussi.

 

Quant à Julie  Vallelunga, créatrice des bijoux La Raffinerie, tout semble également lui réussir. Breloques, pierres et rubans résultent en des bijoux festifs et colorés parfaits pour toutes occasions. Dans des couleurs plus festives, la

créatrice s’inspire de l’Amérique du Sud, et utilise l’amazonite, la labradorite ou encore le lapiz lazuli, donnant une touche plus ethnique.

 

Ayant démarrée sa compagnie il y a environ 3 ans, Julie Vallelunga utilisait des matériaux vintages pour réaliser ses colliers, mais depuis peu, elle se tourne vers les pierres fines pour pouvoir assurer la production. Surtout quand des collaborations avec des chaînes comme Anthropologie se pointent à l’horizon,  cela nécessite un certain rendement. Et inutile de mentionner que cette association témoigne certainement du potentiel edgy et créatif de la marque.

Les créatrices ont comme point commun, leur intérêt particulier à exploiter le potentiel créatif de Montréal. En effet, les deux collections sont fabriquées entièrement dans la ville et témoignent sans aucun doute de l’ingéniosité de ces femmes d’affaires pour offrir un produit de qualité à un prix abordable.

Difficiles donc de résister au talent que nous offre la métropole avec l’arrivée des beaux jours.

 

Unicorn: http://boutiqueunicorn.com/fr/

Betina Lou: http://www.betinalou.com/flash.php

La Raffinerie: http://www.laraffinerie.ca/

 

[MARIE-CHARLES]

No comments yet

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Shopping

Shopping

Featured Posts

%d bloggers like this: